jeudi, 18 octobre 2018 13:28

On en veut à votre vie privée

Je me méfie des sondages et je me méfie de Tamedia. Quand ils disent cependant que la surveillance des assurés pourrait bien être acceptée, je m’inquiète. Je me dis que je n’ai pas encore écrit assez. Que je n’ai sans doute pas été assez clair. Que d’une façon ou d’une autre, il faut que ma parole et celle des opposants soit davantage entendue.

On vous parle dans un autre sujet de la perte de vos droits fondamentaux. On vous parle de juges étrangers, contre lesquels il faut vous mobiliser pour sauvegarder la démocratie directe. Pendant ce temps, les mêmes s’apprêtent à faire passer sous le tapis une réforme qui, mine de rien, pourrait bien vous faire perdre vos droits fondamentaux.

Et si cela vous arrivait … ?

Je l’ai dit dans le dernier article. Tant que vous pourrez travailler, que vous serez taillable et corvéable à merci, vous ne verrez rien venir. Vous travaillez tous les jours, même plus des 8 heures et 24 minutes réglementaires. Vous sortez voir vos amis. Vous avez une bonne voiture dans votre garage ou sur votre place de parc ; du moins, pas de problème si vous rêvez d’en changer. Jusqu’à preuve du contraire, votre santé est bonne. Vous êtes en bons termes avec votre conjoint et vos enfants. Un ciel sans nuage.

Je ne veux pas être un prophète de malheur. Mais admettons , quand même ...

Un beau jour, vous apprenez que votre entreprise va restructurer. Des emplois vont passer à la trappe. Voyez ce qui s'est passé au Crédit Suisse : 1600 emplois ont été biffés en trois ans. Cela n’empêche pas le quotidien 24heures d’afficher le visage satisfait du CEO. Il est content de lui. « Nous visions une réduction de 1600 postes en l'espace de trois ans, soit environ 10% des effectifs. Le processus devrait être achevé d'ici la fin de l’année », déclare le directeur général (CEO) de la division Thomas Gottstein dans une interview parue lundi dans l'Aargauer Zeitung. La banque aura gagné en « agilité décisionnelle » et les actionnaires seront contents. Même si par alleurs, on a dû payer une enveloppe de 78 millions aux Etats-Unis, le bénéfice a plus que doublé. Le visage satisfait du CEO est affiché comme une insulte aux personnes licenciées. Mais de celles-là, personne ne s’occupe.

On vous fait croire qu’il s’agit essentiellement de la lutte contre la fraude dans l’assurance-invalidité. Erreur ! Si tel était le cas, comme je l’ai dit, on se serait contenté de mettre les dispositions nouvelles dans la loi sur l’AI et dans la LAA (assurance accident obligatoire). Mais non !

Demain, les mêmes mesures seront ordonnées par les caisses maladie dans l’assurance maladie perte de gain. Même si les gens de la CSS disent qu’en affirmant cela, on est hors-sujet. 

L’ASA (Association suisse des assureurs privés) affirme d’ailleurs froidement que ce qui est prévu dans la loi correspond exactement à ce qu’on a toujours fait ! Donc, depuis des années, dès que vous avez mal au dos, dès que vous êtres stressé, en burnout, que vous avez des problèmes de sommeil, une affection nerveuse quelconque, vous êtes catalogué dans les personnes dites « à risque » : comme les alcooliques et les drogués. On vous surveille. La différence, c’est que maintenant, on est obligé de vous le dire.

Et pour la surveillance, tous les moyens sont bons, y compris les moins légaux. Un arrêt du Tribunal fédéral assure que si une preuve est obtenue par des moyens non licites, on examinera l’intérêt de l’assureur et la preuve sera déclarée comme recevable ! J'y reviendrai.

Les gens de l’UDC étant fort occupés avec leur campagne contre les juges étrangers, ne s’impliquent pas trop dans celle-ci. Ils peuvent cependant compter sur des alliés de poids. L’ineffable Isabelle Moret, de son insupportable voix, vient nous faire la morale : « Mentir à son assurance, c'est se moquer des personnes handicapées». «Les assurances sociales reposent sur le principe de solidarité entre personnes bien portantes et celles qui ont des soucis dans la vie. Lorsqu’un assuré ment pour toucher une indemnité, il se moque des vraies personnes handicapées», dénonce la libérale-radicale vaudoise. Ah ca, fallait oser !

Dès la semaine prochaine Benjamin Roduit (PDC/VS), assure la coprésidence du comité de soutien avec une douzaine d’autres élus. Côté romand, il est épaulé par Philippe Nantermod (PLR/VS), Raymond Clottu (UDC/NE) et Isabelle Moret (PLR/VD). Ils pourront également compter sur le soutien du Centre Patronal. la crème de la crème ! Outre mon ancien CEO, ne manque plus que le directeur de la chambre vaudoise immobilière...

Donc résumons :

  • Dès l’année prochaine, si vous êtes au chômage, on pourra vous surveiller. Reste encore à déterminer qui des ORP et des caisses de chômage seront chargés du sale boulot.
  • Dès l’année prochaine, les personnes recevant des prestations complémentaires de l’AVS pourront être observés à la jumelle jusque dans leur appartement pour savoir s’ils sont effectivement seuls, ou si quelqu’un le partage avec eux dès la nuit tombée.

Je vous donne pour le moment que ces deux exemples. Je détaillerai ces jours prochains.

Ne soyez pas dupes. Pour les pauvres, les esquintés de la vie, les divorcés et tout ceux qui ont de la peine à finir leurs fins de mois, l’Etat policier se met en place. On va engager des barbouzes, des milices spécialement formées à cet effet avec le concours des associations faîtières des assureurs et des caisses-maladie.

Il y a a toujours eu de la fraude à l’assurance. Les parapluies perdus, les vestes en cuir oubliées qu’on faisait passer sur l’assurance vol. Personne n’était dupe, tout le monde fermait les deux yeux, à condition que ce soit bien fait. En ces temps bénis où l’argent coulait à flot, les revenus des capitaux placés compensaient largement ces quelque 10% d’indemnités versées en trop. Maintenant, il parait que les placements ne valent plus rien. Pourtant, les actionnaires attendent leurs dividendes. C’est pour cela qu’on ira chercher l’argent dans la poche des pauvres.

Pendant ce temps, les patrons, les notables, les gens bien comme il faut continueront à distribuer et à recevoir des cadeaux, des invitations à des concerts, des banquets, des croisières, des voyages…

Juste une question, Madame Moret : votre collègue genevois qui accepte des cadeaux et magouille des dossiers de tenanciers de bistrots… il ne fait pas honte à celle et ceux qui vivent grâce aux prestations de l'Hospice Général genevois ?

 

Lu 119 fois

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Patricia Dobler-Rutz samedi, 20 octobre 2018 06:11 Posté par Patricia Dobler-Rutz

    Le même mots André, excellant. Tu as le courage de dire la verité! On ira contrôlé de plus en plus. Mais pas les riches...les gens qui n'avaient jamais assez pour vivre une vie normale, qui doivent partager le peu d'argent qu'ils recevaient! Alors allé André....déjà longtemps nous avons la situation "big brother is watching you", mais personne ne s'occupe???. C'est le "puritasisme" qui vient de jour à jour. Et n'importe qui s'inquiète?. Un bon weekend André
    ..

  • Lien vers le commentaire Yawo ABOTSI vendredi, 19 octobre 2018 14:28 Posté par Yawo ABOTSI

    Excellent article. Bravo à toi André.
    Passe une bonne fin de semaine.
    Yawo

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2018 André Jaquenoud, Ecrivain
Site réalisé par abotsiconsulting.ch
Back to Top