lundi, 05 février 2018 11:06

Lobbying des caisses-maladie, salaire des grands dirigeants : pas de baisse des primes, danger pour la démocratie Spécial

Le siège principal du Groupe Mutuel à Martigny. (Photo: Keystone)  

 

Je viens de découvrir coup sur coup deux liens sur Facebook qui impliquent le Groupe Mutuel.

Le premier parle de la rémunération des chefs du Groupe Mutuel; il s'agit d'un article de la Tribune de Genève . On y apprend d'abord que le fondateur, Pierre-Marcel Revaz, a touché pour la seule année 2010 quelque 2.2 millions de francs suisses, tous frais compris ! Comme il a sévi pendant 35 ans, on peut imaginer le beau pactole qu'il a dû amasser. Reste maintenant à savoir où est planqué cet argent et si les impôts ont bien été payés là-dessus... mais c'est une autre histoire. En outre, les bonus touchés pour ses activités auprès du Groupe Mutuel et des autres assurances qui en font partie s'élèveraient à CHF 800'000.-

Evidemment, il sera facile d'objecter que ces sommes ne peuvent pas provenir de la seule assurance maladie de base, mais des primes des assurances complémentaires et de placements financiers de ces dernières primes.

L'autre article se présente sous forme de courte vidéo de l'émission Nuovo de la RTS. Il concerne le lobbying exercé par ce même Groupe Mutuel auprès du Parlement Suisse. Le président du Conseil National Jürg Stahl est membre de la Direction. Le président du Conseil des Etats Ivo Bischofsberger est membre consultatif du Groupe Mutuel.

https://www.facebook.com/NouvoFR/videos/10154107193102654/?hc_ref=ARR9SQjVplX0AZFBR_jvBnhwjB-25lmvgbkL8CK1xmhFk_Vse4CdtrwrZagX_2LkQG4

Et on ne s'en cache même pas, tout le monde trouve cela normal.

Les autorités suisses défendent les intérêts des plus riches, tandis que la dignité des plus pauvres est de plus en plus bafouée chaque année par les augmentations de primes scandaleuses. Ceux qui sont le plus durement touchés sont les gens qui n'ont plus ni travail ni droit au chômage. S'ils ont une famille nombreuse et des enfants aux études, leur minimum vital se trouve amputé des différences entre la prime réelle et les subsides.  

Notre démocratie est en péril. Est-ce que notre société existera encore dans 20 ans ?

Pour ma part, je ne voterai plus jamais pour le système en place. Ni pour les démocrates chrétiens, ni pour les radicaux-libéraux, ni même pour les socialistes complices silencieux de ce système mafieux (faudra qu'on m'explique la différence). Il faudrait vraiment ici une grosse vague d'Insoumis. On peut rêver ...

 

 

Lu 877 fois

Media

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2018 André Jaquenoud, Ecrivain
Site réalisé par abotsiconsulting.ch
Back to Top