mardi, 06 novembre 2018 16:57

L’arbitraire des policières municipales

 

Je n’ai pas pour habitude de copier les articles des autres pour alimenter mes Choniques.

Mais là, il s’agit de faire état d’e l’entêtement scandaleux de deux fonctionnaires. Je ne veux pas raconter mon quotidien à moi avec les fonctionnaires de tous ordres et de tout poil. Ca n’aurait aucun intérêt. Ici, c’est différent.

C’est l’histoire d’un Monsieur paraplégique depuis plus de vingt ans. Je ne le connais pas personnellement, pas plus que sa sœur ; ils ne m’ont rien demandé. Mais je sens la colère noire de sa sœur qui écrit le texte ci-dessous.

Je donne des cours ; dans mon enseignement, je parle des valeurs de la Suisse, notamment de l’article 9 de la Constitution Suisse :

Art. 9 Protection contre l'arbitraire et protection de la bonne foi

Toute personne a le droit d'être traitée par les organes de l'Etat sans arbitraire et conformément aux règles de la bonne foi.

Non ! De deux choses l’une : ou c’est en train de changer, et les fonctionnaires sont en train de gagner le combat contre les citoyens ordinaires, à commencer par les plus faibles. Ou alors, on nous raconte des mensonges depuis toujours !

J’i décidé de faire la publicité à cette sale histoire, en espérant que d’autres, bien plus intelligents et bien plus influents que moi feront de même.

Autrefois, les fonctionnaires étaient au service de la collectivité (c’est du moins ce que j’ai sagement gobé tout au cours de l’enseignement reçu par les curés et les encartés au pouvoir en place, notamment au Collège de Sion !). Maintenant, la seule chose qui compte, c’est l’avancement. Le chiffre avant tout. Au mépris des plus faibles. Même si en l’occurrence, cette personne, on la connaît bien : elle fait partie du paysage de la ville depuis fort longtemps.

Voici donc cet article extrait de Facebook, de Danielle Dedeka Delacretaz-Kummer, très en colère.

 

Je suis en rogne.......noire ....contre 3 agents de .la police municipale de Sion

Mon frère Guy Kummer vit en fauteuil roulant depuis plus de 20 ans, il est tétraplégique. Prix culturel de la ville de Sion 2002 il enseigne la musique au collège des Creusets et circule avec un véhicule muni du macaron « handicapé »

Pas de bol ces derniers jours : un agent de la police communale sédunoise fait remarquer à sa gouvernante qui le conduit au collège que la vignette-macaron sur le tableau de bord n’est plus à jour, dépassée et qu’il faudra la réactualiser…mais il rédige céans une belle amende d’ordre de 120 frs. Mon frère se rend donc en personne et en fauteuil roulant au poste de Sion, il ne négocie même pas, il accepte de ne pas être en règle et règle sur le champ la somme de 120 frs. PV 12075008.

Mais, il demande aux deux dames policières qui sont au guichet de lui donner un macaron provisoire, le temps qu’il prenne rendez-vous chez son neurologue pour le certificat attestant qu’il est tétraplégique depuis plus de 20 ans et se conformer aux exigences de l’obtention du macaron.

Et là…c’est la comédie ubuesque qui commence. Pas question de lui donner un macaron provisoire. « Ce n’est pas la règle. » Il faut un certificat qui atteste de son invalidité. Les deux dames le voient bien, derrière le guichet, assis en chaise ; lui, mon frère montre même ses pauvres mains de tétraplégique mais rien à faire ! « Le règlement vous comprenez. Ce n’est pas mon problème ! » dit même la plus capée des deux dames. Mon frère souligne qu’il a payé l’amende, ne la conteste même pas, il ne veut pas de passe-droit mais JUSTE UN MACARON PROVISOIRE car il va retourner au collège demain et de nouvelles amendes sont probables vu le zèle ambiant. Pas question…PRENEZ RENDEZ VOUS AVEC VOTRE NEUROLOGUE…. Guy est ressorti du poste, bouleversé et humilié par tant de raideur……

Je suis plus que révoltée par ce qui est arrivé à ce gars courageux, qui n’a JAMAIS en 25 ans, émis une seule plainte au sujet de son destin douloureux, et qui compose sa musique, qui donne ses cours avec enthousiasme, qui bosse alors qu’il pourrait bénéficier d’une rente totale…..

Même le remboursement de cette amende ne suffira pas à atténuer son sentiment d’impuissance et d’injustice, d’humiliation aussi face à ces deux fonctionnaires qui n’ont pas besoin d’un rendez- vous chez le neurologue mais chez un psychologue voire un cardiologue pour vérifier si leur cœur n’est pas atrophié……..Révoltant cette histoire !

 

Faites suivre cette histoire. En espérant

  1. qu’on régularisera la situation de Monsieur Kummer
  2. Que les deux dames policières qui, sans doute aussi parce qu’elles sont des dames, en plus d’être des fonctionnaires, savent tout, prennent un blâme public et sonore.
Lu 71 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

© 2018 André Jaquenoud, Ecrivain
Site réalisé par abotsiconsulting.ch
Back to Top